Comprendre et structurer son plan comptable pour une PME

Plan-comptable-pme

Vous êtes chef d’entreprise et gérez vous-même la comptabilité ? Notez que toutes les entreprises se doivent de suivre les classes et comptes  inscrits au sein du plan comptable  pour saisir leurs écritures dans leur logiciel comptable. Découvrez comment bien utiliser ce document, ainsi que comment le personnaliser !

Le plan comptable en, quelle forme prend-il ?

Le plan comptable général (PCG) , comme ceux des années précédentes, a pour objectif d’uniformiser la comptabilité des entreprises françaises. Cela est censé faciliter la gestion des comptes, tout comme les contrôles de l’État.

Le plan comptable, des bases immuables

Le PCG continue de servir de base obligatoire pour la gestion des comptes d’une entreprise. Il admet toujours 8 classes, eux-mêmes divisés en comptes numérotés à 6 chiffres. La classification répond bien sûr à une logique, afin de ne pas perdre un temps fou à retrouver le code compte qui nous intéresse !

Pour exemple : Tandis que le compte « 512 000 – Banque » appartient à la « Classe 5 – Les comptes financiers », le « compte 607 000 – Achat de marchandises » appartient à la « Classe 6 – Les comptes de charges ».

Le plan comptable : Qui doit s’en servir ?

Vous l’aurez compris : au vu du nombre de comptes présents sur le plan comptable , ils se doivent d’être tous clairement identifiés et triés. Pour trouver le code compte adéquat, faites comme cela :

  1. Commencez par définir la nature de l’opération : une vente, une dépense, un investissement, etc. ? ;
  2. Reportez-vous ainsi à la classe concernée. Il s’agit d’une créance client ? Rendez-vous en classe 4 ;
  3. Puis, consultez les comptes présents. Ici, on trouvera le compte 411 qui permet d’enregistrer une facture pas encore réglée ;
  4. Enfin, si des sous-comptes sont présents, on prendra le temps de les regarder un à un, afin de définir celui qui nous concerne. Ici 4111 dédié à la vente ;
  5. Prenez des notes sur les comptes les plus fréquemment utilisés ou annotez votre plan comptable pour mettre en valeur ces derniers.

Comment personnaliser le plan comptable ?

Bon nombre d’entreprises personnalisent le plan comptable pour gagner en organisation et surtout en rapidité. Attention, on doit tout de même à suivre une certaine méthodologie…

La méthode générale

Prenons une nouvelle fois l’exemple d’une facture en attente de règlement de la part d’un client. Les comptes dédiés aux créances sont situés en 411 100. La personnalisation devra alors suivre cette logique :

  • code compte de base (non modifiable) + suffixe personnalisé

On obtiendrait par exemple pour la créance accordée à M. DUBOIS, un compte enregistré « 411 110 – DUB ».

Comment s’y prendre concrètement ?

La création de sous-comptes ne devra pas être effectuée tous les quatre matins ! Au maximum une fois par an et si possible sous les conseils de votre expert comptable. Les personnalisations concerneront en premier lieu les activités tactiques.

Pour exemple, une société de communication se compliquerait la tâche, si elle venait à créer une multitude de sous-comptes « Immobilisations », si elle n’investit à l’année que dans des cartouches d’encre et du papier. Par contre, son porte-feuille clients étant amené à être extrêmement diversifié, des sous-comptes dédiés aux clients ou à chaque catégorie de clients seront tout à fait adéquats !

Enfin, vous devrez enregistrer vos comptes sur mesure au sein de votre logiciel comptable. Chaque compte client sera associé à un libellé précis, permettant de gagner en rapidité, mais aussi en clarté, que cela soit pour votre gestion courante ou pour vos comptes de fin d’année.

Pourquoi se former à la comptabilité de base est-il très fortement recommandé ?

Le plan comptable – aussi bien réalisé soit-il – demande un minimum de connaissances pour être manipulé sans erreur. C’est une chose de trouver le compte dédié à une opération, ça en est une autre d’assurer la saisie qui en découle ! Certains points sont certes simples, comme basculer la créance d’un client enregistrée en « 411- Clients » vers son règlement en débit « 512 – Banque ».

Or, d’autres aspects comptables peuvent relever du casse-tête et aboutir inexorablement à des erreurs. Nous pourrions citer les paiements par acompte ou encore les amortissements d’immobilisations ! Tout cela relève de la stratégie économique d’une entreprise et non d’un simple compte à retrouver au sein du PCG.

Avis aux nouveaux chefs d’entreprises ou aux auto-entrepreneurs à succès qui risquent basculer en société : formez-vous à la comptabilité, investissez dans un logiciel comptable et entourez-vous de professionnels ! Si vous êtes un as dans votre domaine et que votre activité décolle, il serait dommage de venir basculer cette ascension avec des erreurs comptables qui peuvent être lourdes de conséquences.

Le logiciel comptable, un allié indispensable pour une entreprise

Un logiciel comptable permettra de se faciliter la vie, notamment grâce à l’automatisation de certaines tâches. La saisie automatique est paramétrable, tout comme le plan comptable propre à votre entreprise ! Les factures, devis et autres documents clients suivront une réglementation fiable, tandis que vous pourrez constater en tant voulu où en est votre chiffre d’affaire.

Vous pouvez aussi laisser faire votre comptable. Notre logiciel de facturation est compatible avec de nombreux format « peppol, facture x, e-fff », qui permet d’encoder les factures chez votre comptable. Pour ceci, vous devez absolument choisir un logiciel comptable aux normes françaises et au service client de qualité, que ça soit pour répondre à vos questions ou pour vous accompagner à vos débuts.

Les principaux logiciels comptables pour les PME

Il existe de très nombreux logiciels de comptabilités destinés aux PME, nous citerons ici le plus connus :

  1. SAGE (Anglais)
  2. EBP (Français)
  3. CEGID (Américain / Anglais)
  4. WAVESOFT (Français)
  5. SINAO (Français)

Partager ce contenu :

Sommaire

Ces articles pourraient vous intéresser...

Échangez avec WhySoft Group

Suivez l’actualité de WhySoft Group et rejoignez une communauté d’entrepreneurs

Comprendre le plan comptable pour une PME

Vous êtes chef d’entreprise et gérez vous-même la comptabilité ? Notez que toutes les entreprises se doivent de suivre les classes et comptes  inscrits au sein du plan comptable  pour saisir leurs écritures dans leur logiciel comptable. Découvrez comment bien utiliser ce document, ainsi que comment le personnaliser !

Le plan comptable, des bases immuables

Le PCG continue de servir de base obligatoire pour la gestion des comptes d’une entreprise. Il admet toujours 8 classes, eux-mêmes divisés en comptes numérotés à 6 chiffres. La classification répond bien sûr à une logique, afin de ne pas perdre un temps fou à retrouver le code compte qui nous intéresse !

Pour exemple : Tandis que le compte « 512 000 – Banque » appartient à la « Classe 5 – Les comptes financiers », le « compte 607 000 – Achat de marchandises » appartient à la « Classe 6 – Les comptes de charges ».

Qui doit s’en servir ?

Vous l’aurez compris : au vu du nombre de comptes présents sur le plan comptable , ils se doivent d’être tous clairement identifiés et triés. Pour trouver le code compte adéquat, faites comme cela :

  1. Commencez par définir la nature de l’opération : une vente, une dépense, un investissement, etc. ? ;
  2. Reportez-vous ainsi à la classe concernée. Il s’agit d’une créance client ? Rendez-vous en classe 4 ;
  3. Puis, consultez les comptes présents. Ici, on trouvera le compte 411 qui permet d’enregistrer une facture pas encore réglée ;
  4. Enfin, si des sous-comptes sont présents, on prendra le temps de les regarder un à un, afin de définir celui qui nous concerne. Ici 4111 dédié à la vente ;
  5. Prenez des notes sur les comptes les plus fréquemment utilisés ou annotez votre plan comptable pour mettre en valeur ces derniers.

Comment personnaliser le plan comptable ?

Bon nombre d’entreprises personnalisent le plan comptable pour gagner en organisation et surtout en rapidité. Attention, on doit tout de même à suivre une certaine méthodologie…

La méthode générale

Prenons une nouvelle fois l’exemple d’une facture en attente de règlement de la part d’un client. Les comptes dédiés aux créances sont situés en 411 100. La personnalisation devra alors suivre cette logique :

  • code compte de base (non modifiable) + suffixe personnalisé

On obtiendrait par exemple pour la créance accordée à M. DUBOIS, un compte enregistré « 411 110 – DUB ».

Comment s’y prendre concrètement ?

La création de sous-comptes ne devra pas être effectuée tous les quatre matins ! Au maximum une fois par an et si possible sous les conseils de votre expert comptable. Les personnalisations concerneront en premier lieu les activités tactiques.

Pour exemple, une société de communication se compliquerait la tâche, si elle venait à créer une multitude de sous-comptes « Immobilisations », si elle n’investit à l’année que dans des cartouches d’encre et du papier. Par contre, son porte-feuille clients étant amené à être extrêmement diversifié, des sous-comptes dédiés aux clients ou à chaque catégorie de clients seront tout à fait adéquats !

Enfin, vous devrez enregistrer vos comptes sur mesure au sein de votre logiciel comptable. Chaque compte client sera associé à un libellé précis, permettant de gagner en rapidité, mais aussi en clarté, que cela soit pour votre gestion courante ou pour vos comptes de fin d’année.

Pourquoi se former à la comptabilité de base est-il très fortement recommandé ?

Le plan comptable – aussi bien réalisé soit-il – demande un minimum de connaissances pour être manipulé sans erreur. C’est une chose de trouver le compte dédié à une opération, ça en est une autre d’assurer la saisie qui en découle ! Certains points sont certes simples, comme basculer la créance d’un client enregistrée en « 411- Clients » vers son règlement en débit « 512 – Banque ».

Or, d’autres aspects comptables peuvent relever du casse-tête et aboutir inexorablement à des erreurs. Nous pourrions citer les paiements par acompte ou encore les amortissements d’immobilisations ! Tout cela relève de la stratégie économique d’une entreprise et non d’un simple compte à retrouver au sein du PCG.

Avis aux nouveaux chefs d’entreprises ou aux auto-entrepreneurs à succès qui risquent basculer en société : formez-vous à la comptabilité, investissez dans un logiciel comptable et entourez-vous de professionnels ! Si vous êtes un as dans votre domaine et que votre activité décolle, il serait dommage de venir basculer cette ascension avec des erreurs comptables qui peuvent être lourdes de conséquences.

Le logiciel comptable, un allié indispensable pour une entreprise

Un logiciel comptable permettra de se faciliter la vie, notamment grâce à l’automatisation de certaines tâches. La saisie automatique est paramétrable, tout comme le plan comptable propre à votre entreprise ! Les factures, devis et autres documents clients suivront une réglementation fiable, tandis que vous pourrez constater en tant voulu où en est votre chiffre d’affaire.

Vous pouvez aussi laisser faire votre comptable. Notre logiciel de facturation est compatible avec de nombreux format « peppol, facture x, e-fff », qui permet d’encoder les factures chez votre comptable. Pour ceci, vous devez absolument choisir un logiciel comptable aux normes françaises et au service client de qualité, que ça soit pour répondre à vos questions ou pour vous accompagner à vos débuts.

Partager ce contenu :

debourse-sec-illustration

Comment et pourquoi calculer le déboursé sec d’un chantier ?  

Le chiffrage des travaux est une étape importante et incontournable pour tous les professionnels du BTP. Lors de la réalisation du devis, le calcul du déboursé sec d’un chantier permet à l’entreprise prestataire de fixer au plus juste le prix de sa prestation. Les objectifs à ce stade sont donc de combiner rentabilité et compétitivité afin de maximiser ses chances de remporter le projet tout en s’assurant d’une rentabilité certaine…

Lire plus »
certification-breeam

Découvrez comment obtenir la certification BREEAM

La dénomination BREEAM signifie « Building Research Establishment Environmental Assessment Method », et à été créée en 1990 au Royaume-Unis par l’organisation BRE (Building Establishment Assesment). C’est une méthode d’évaluation du niveau de respect environnemental des bâtiments qui vise à favoriser la transition énergétique des logements. Cette certification est aujourd’hui utilisée dans plus de 80 pays, dont la France depuis 2013.
A noter que n’importe quel bâtiment peut prétendre obtenir ce label, quelque soit sa taille, son état ou encore son utilité.
En France, les 3 labels environnementaux les plus populaires sont HQE en pôle position, puis BREEAM et LEED.

Lire plus »
Comment foncitonne une facture de situation de travaux

Comprendre la facture de situation de travaux

Dans le secteur du bâtiment, de nombreuses entreprises utilisent une méthode de facturation appelée facture de situation ou situation d’avancement de travaux, dans cet article on vous explique les tenants et aboutissants de cette méthode.

Lire plus »

Échangez avec WhySoft Group

Suivez l’actualité de WhySoft Group et rejoignez une communauté d’entrepreneurs